Une recherche « épique, atypique et stratégique »

Introduction : une recherche « épique, atypique et stratégique »
[ English version ]

Le projet d’étude des perceptions des facteurs d’insécurité et d’extrémisme violent dans les régions transfrontalières du Sahel a représenté une opportunité unique d’entreprendre une recherche d’envergure et innovante à un niveau régional sur des thèmes mondialisés tels que la violence armée, la radicalisation, le jihadisme et la sécurité. L’ouverture caractérisant l’esprit de ce projet, l’objectif de couvrir plusieurs pays au travers de leurs zones transfrontalières, le choix d’écouter les populations et de traiter leurs perceptions et représentations donnaient l’orientation générale, généreuse et ambitieuse, d’une enquête complexe et ardue à concevoir et à mettre en œuvre. Et si cette recherche socio-anthropologique, inscrite dans une approche humanitaire, fut de bout en bout exigeante, difficile, intense et riche d’enseignements, son succès repose en premier lieu sur la mobilisation et la motivation dont a fait montre l’ensemble du personnel scientifique qui s’y est investi. Mais son succès repose surtout sur l’attitude bienveillante et la coopération des enquêtés, sujets principaux de ces études des perceptions. La recherche ici présentée devrait éclairer pour la décennie à venir les enjeux de la région Sahel.

Les lecteurs de ce rapport doivent prendre en compte, outre la difficulté et la dangerosité, la dimension expérimentale de cette enquête menée en parallèle dans huit pays de l’espace sahélien : cette coupe à la fois large et profonde, opérée dans un temps très court, a permis de repérer et signaler des axes d’action et de réflexion jusque-là ignorés ou sous-évalués (pour identifier, promouvoir et renforcer la sécurité dans ses diverses expressions et dimensions), des pistes de recherche fécondes (pour comprendre les ressorts sociologiques de la radicalisation et prévenir le risque de basculement vers l’économie de la violence), des réseaux latents et solidaires à mobiliser (en vue d’améliorer la situation des populations subissant les interférences destructives de la conflictualité en région transfrontalière).

1. Enjeux des perceptions

Nous ne savons en général que fort peu ou sinon rien sur la manière dont les populations les plus exposées perçoivent et traitent la violence armée, l’extrémisme, l’insécurité. En effet, il existe un paradigme dominant s’agissant de ces questions généralement vues de manière descendante (top-down) par les institutions nationales et internationales, en privilégiant l’approche politiste, sécuritaire, policière et militaire du radicalisme violent d’inspiration religieuse. Peu ou pas de place est laissée aux sociétés exposées à ces phénomènes qui peuvent pourtant contribuer à asseoir une approche en faveur de la cohésion sociale et d’une résilience renforcée des pays du Sahel face à ces menaces.

Si les perceptions et les représentations ne sont pas des restitutions forcément précises de la réalité, elles concourent à en esquisser l’épaisseur, l’intensité, la granularité, le bruit, la tonalité, le contraste. On pense que le plus souvent ce qui est perçu est une distorsion, une vision exagérée de ce qui est effectivement vécu ; mais l’écart-type du vécu-perçu peut également se traduire de manière inverse, par une restitution atténuée et filtrée. Ainsi en Europe et en Amérique du nord, les actes terroristes font très peu de victimes mais ils sont amplifiés au niveau de leurs perceptions et leurs représentations. Mais ce qui frappe d’emblée au Sahel, c’est que pour nos enquêtés, notamment des femmes, ayant été directement confrontés à la terreur et à la violence extrême, le rendu qui en est fait sur le plan narratif instaure une sorte de distance avec des événements effroyables associés à l’indicible souffrance que constitue le meurtre d’un proche (père, frère, mari, voisin). Nos enquêté(e)s s’expriment le plus souvent avec sobriété quand il faut en venir à décrire les malheurs et le danger mortel qu’ils ont endurés. Autrement dit, les percepts ne sont pas forcément brouillés par les affects. Si certain(e)s enquêté(e)s – pour ne pas dire la plupart – vivent dans le dénuement le plus complet, la dignité et la pudeur qui transparaissent de leurs ressentis objectivent en quelque sorte leurs expériences vécues, et enserrent une peur plus que fondée, comme si c’était là une manière de l’apprivoiser, de la circonscrire pour finalement la dominer. Ce que disent 800 Sahéliens laisse entrevoir une rationalité en acte – face aux défis de la radicalisation, la violence et de l’insécurité – de la part d’individus-agents en situation de précarité, souffrance et vulnérabilité – dont il y a beaucoup à apprendre en termes de résistance et de résilience. A partir de la matière première que représentent les percepts des enquêté(e)s, nous avons aussi produit quelques concepts opératoires au sujet de la « radicalisation », du « jihad » et de la « sécurité ».

MOTS-CLÉS DE L’ENQUÊTE

Insécurité
Sentiment ou cause   de danger,  de menace,  de peur, d’anxiété, d’inquiétude,
Impression ou constat de ne pas être protégé par rapport à des dangers qui peuvent advenir et qui portent atteinte à des intérêts vitaux de la personne et du groupe social.

Sécurité
Sentiment
ou facteur de tranquillité, de paix, absence d’inquiétude par rapport à une menace, un danger au présent ou au futur,
Impression ou constat ou certitude d’être protégé, défendu si on est menacé, existence de protecteurs.

Extrémisme violent
Propension, inclination à la violence verbale ou par les actes, alimentant l’intolérance à la différence et le rejet de l’Autre, le refus,
Rejet, refus du vivre-ensemble (avec celles-ceux qui vivent, pensent ou croient différemment), d’accepter la possibilité de vivre avec ceux qui sont différents, de supporter leur présence, de les respecter, d’avoir des échanges avec eux,
Climat de violence symbolique, verbale pouvant facilement basculer dans le passage à l’acte.

Avant même de chercher à comprendre comment les Sahéliens des régions transfrontalières nomment et  conçoivent les phénomènes liés à ce que nous appelons « extrémisme violent » et « (in)sécurité », il nous a fallu définir les mots de  l’enquête en termes simples et aisément traduisibles dans les langues locales1 sollicitées lors de nos entretiens. Ces termes ne font pas nécessairement sens auprès de l’habitant vivant dans des zones  très peu densifiées où la présence de l’État et de ses institutions restesomme toute plus symbolique que véritablement opérationnelle et programmatique.

En un âge où l’image tient lieu de symbole et de fétiche primal, où la communication, omniprésente, surpasse tout autre mode d’existence et de production, les enjeux autour des perceptions et des représentations – surtout ceux mis en rapport avec la conflictualité et les nouvelles formes de guerre – sont de la plus haute importance. De plus, quel que soit l’angle abordé (sociologique, politique, religieux, psychologique, médiatique), la manière de rendre compte de la violence et de l’insécurité en dit également beaucoup sur leur phénoménologie. Si la science politique connaît assez bien les phénomènes de radicalisation, notamment ceux relatifs à l’islamisme, elle peine à en rendre compte de l’intérieur, à partir du poste observatoire de ceux qui y sont exposés en première ligne (en tant qu’acteurs ou cibles). Si tout est affaire de point de vue, les études des perceptions ont l’avantage de proposer une vision perspectiviste du hiatus, du conflit et de la guerre : elles mettent ainsi en évidence la multiplicité et la relativité des points de vue comme méthode d’appréhension d’une réalité complexe (souvent hors d’atteinte selon les quadrillages analytiques et les champs disciplinaires classiques) et permettent aux observateurs et aux décideurs de travailler sur le différentiel des perceptions ; entre transfrontaliers et habitants de l’intérieur ou de la capitale, entre administrateurs et administrés, entre civils et militaires, entre producteurs et  » demandeurs  » de développement, entre jeunes/femmes et  » aînés sociaux « , entre gens  » du bas d’en bas  » et ceux  » tout d’en haut « …

2. Process de l’enquête

En l’espace de cinq à huit jours, 59 enquêteurs ont parcouru aller-retour près de 24’000 kilomètres pour sillonner les zones frontalières reliant le Sénégal à la Mauritanie et au Mali, celles communes au Mali, au Burkina et au Niger, ainsi que celles des pays du lac Tchad, à savoir le Nigeria, le Cameroun et le Tchad. L’enquête par questionnaire a été en mesure de recueillir les réponses de 698 personnes au total, réparties sur huit pays du Sahel, avec par ordre décroissant, 147 personnes au Mali (représentant 21% de l’échantillon régional) ; 120 au Nigéria (17%) ; 100 au Niger (14%) ; 88 en Mauritanie (12%) ; 74 au Sénégal (10%) ; 71 au Tchad (10%) ; 60 au Burkina-Faso (8%) et 38 au Cameroun (5%). Des entretiens complémentaires et approfondis ont en outre touché plus d’une cinquantaine de personnes dans le cadre de consultations annexes. Les équipes ont ainsi pu identifier 80 personnes ressources conviées par la suite à rejoindre Abuja, Bamako, Dakar, N’Djaména, Niamey, Nouakchott, Ouagadougou et Yaoundé pour confronter et échanger leurs perceptions des facteurs d’insécurité et d’extrémisme violent dans leurs zones frontalières respectives. Ces personnes ressources, reconnues et/ou engagées dans leurs respectives localités, ont nourri notre réflexion quant aux capacités existantes – et sur lesquelles il faut capitaliser – pour générer des dynamiques résilientes ascendantes (bottom-up). Des entretiens ont également été organisés, dans la mesure du possible, avec des  » sympathisants  » ou  » repentis  » des groupes armés. Enfin, des consultants nationaux et internationaux ont été sollicités pour produire des études de cas et des éclairages conceptuels complémentaires du travail empirique de récolte et de traitement des données.

[cliquer pour agrandir]Sahel_Survey UNDP-HD Centre

En Mauritanie, les zones frontalières concernées par l’enquête sont les préfectures du Hodh El Gharbi, du Hodh Ech Chargui (extrême sud-est), de l’Assaba (est), toutes les trois limitrophes du Mali, ainsi que la wilaya du Brakna (centre-sud), en bordure d’une partie du fleuve Sénégal. Au Sénégal, les zones d’enquête sont les régions nord (Podor et Rosso) et est du pays (Kidira), tandis que pour le Mali, les trois zones d’enquête sont les régions de Mopti, Gao et Tombouctou. Au Burkina Faso, l’enquête s’est déroulée dans six localités aux frontières avec le Mali et le Niger (Markoye, Tin-Akoff, Oursi, Mamassi, Déou et Goudebou). Au Niger, elle s’est concentrée dans les régions de Tchintabaraden et de Zinder et elle a été étayée par une récolte d’informations dans la bande nord Tillabéry. Au Nigeria, elle a eu lieu dans les États de Borno, Yobe et Adamawa où de l’aveu de représentants officiels, c’est la première fois qu’une recherche sociologique se déroule dans les lieux soumis à la violence de Boko Haram (habituellement, les personnes de ces régions sont interviewées dans la capitale Abuja). Au Cameroun, le travail d’enquête s’est déroulé dans la région de l’Extrême-Nord, dans trois départements proches du lac Tchad, le Mayo Tsanaga, le Mayo-Sava et le Logone et Chari. Au Tchad, l’étude a été centrée sur quatre régions essentielles : le Lac, le Kanem, le Barh-el-Gazel et N’Djaména, capitale frontalière.

PROPOS DES ENQUÊTEURS SUR CERTAINS ASPECTS DE L’ETUDE

« Un participant à l’entretien de groupe nous a dit être surpris par l’ordre du jour. Habituellement, on ne parle pas aussi ouvertement de ces choses-là » (équipe Niger).

« Nous avons dû beaucoup échanger avec les enquêteurs pour traduire en langues locales les mots de l’étude » (équipe Burkina Faso).

« Les gens nous accueillaient volontiers chez eux ou sur leurs lieux de travail une fois la confiance acquise. Cette confiance a été facilitée car des enquêteurs étaient originaires de la région » (équipe Sénégal).

« Il a fallu veiller à ce que les femmes soient bien représentées parmi  nos  enquêté(e)s.  L’une  d’entre  elles  a  précisé  que « d’habitude ce sont nos maris qui répondent pour nous », et une autre s’est étonnée d’être écoutée  alors qu’elle  n’était jamais allée à l’école » (équipe Niger).

« Dans certaines localités, les vieux sont plus nombreux que les jeunes et la majorité d’entre eux refusait de parler de l’extrémisme violent » (équipe Mauritanie).

« Dans la région de Tombouctou, les enquêteurs ont dû renoncer à se rendre à Léré en raison du risque trop important dû aux mines anti personnelles et aux attaques de véhicules » (équipe Mali).

« Nous avons dû exclure les îles du lac Tchad de notre itinéraire en raison de la présence active de Boko Haram. Pour les autres localités, il était important de pouvoir compter sur des relais locaux » (équipe Tchad).

« Un groupe d’enquêteurs s’est retrouvé coincé à Geidam, Etat de Yobe, suite à des attaques à la bombe dans les villes proches de Busari et de Tarmuda. A ce moment-là, nous ne pouvions plus être en contact avec eux du fait de  la destruction des réseaux de communication » (équipe Nigeria).

« Nous avons dû être prudents dans nos déplacements, et être en lien avec les autorités locales, en raison de la présence de Boko Haram et des opérations militaires en cours. Notre itinéraire comprenait également des localités proches de N’Djamena lorsque la ville a subi des attaques de Boko Haram. Nous avons été contraints de changer de route, sans parler des prix du  carburant qui ont explosé rapidement » (équipe Cameroun).

La mise en place d’équipes composées uniquement de chercheurs et enquêteurs universitaires nationaux, l’organisation et la mise en œuvre de l’enquête de terrain simultanément dans huit pays, l’impératif de faire suivre un protocole de sécurité et de communication pour l’ensemble des enquêteurs disséminés dans des zones transfrontalières de conflit, organiser la venue de personnes ressources dans les capitales ont représenté un défi considérable : il a fallu constamment réajuster la planification – pour la faire aboutir – aux divers aléas  et contraintes administratifs (autorisations, coordination avec les autorités),  politiques (contexte post-électoral au Nigeria, de transition au Burkina Faso), sécuritaires (attentats de Boko Haram dans la région du lac Tchad), financiers (transfèrements inaboutis, dépassements budgétaires), techniques (coupure électricité, internet), climatiques (saison des pluies), culturels (mois de Ramadan), etc.

Toute notre méthodologie travaillait sur la difficulté de communiquer avec des habitants plutôt enclins à la méfiance pour traiter de thèmes politiquement sensibles. Mais dans l’ensemble des régions couvertes, les populations ont accueilli favorablement les enquêteurs et se sont confiées à eux sans problème majeur sur toute cette phase critique du travail de terrain. Au Mali, les habitants ont notamment salué le courage des enquêteurs venus jusqu’à eux pour poser des questions aussi directes et allant à l’essentiel. Au Nigeria, nos équipes furent bien accueillies d’autant que les gens regrettaient qu’aucune personne des autorités publiques ne se soit jamais souciée de tout ce que les populations endurent depuis des années du fait de l’insurrection de Boko Haram.

Du courage, il en a fallu effectivement pour nos chercheurs et enquêteurs puisque l’enquête a eu lieu dans des zones souvent politiquement dangereuses. Nous redoutions pour notre propre personnel scientifique un grand risque d’exposition à l’insécurité et à l’extrémisme violent dans la plupart des lieux mêmes de l’enquête. Mais le niveau de préparation des équipes, la logistique à la fois renforcée et souple qui a permis un déploiement opérationnel des enquêteurs efficace et surtout rapide, et aussi, il faut le reconnaître, une certaine dose de chance, ont fait que nous n’avons pas eu de problème majeur durant la phase d’enquête mais davantage à son terme2. Il faut préciser – car c’est un fait assez inhabituel – que dans certaines régions transfrontalières considérées comme « risquées », aucune de nos équipes n’a été encadrée par des forces de l’ordre et de la sécurité au cours de leur travail de terrain – et ce, bien que nous n’ayons donné aucune consigne en ce sens. Nos équipes devaient bien entendu à chaque fois signaler leur présence et prendre contact avec les autorités publiques et les responsables militaires des provinces où elles se rendaient. Ce fait n’est pas anodin car, pensons-nous, il touche à un enjeu de perception et a renforcé aux yeux des habitants la neutralité de notre entreprise. Car dans certaines régions transfrontalières sous haute tension sécuritaire, les diverses agences internationales travaillent et circulent exclusivement sous protection militaire, ce qui, au niveau des perceptions des populations locales, peut dans certains cas extrêmes (lorsque ces populations dénoncent des abus, des exactions des forces de l’ordre et de la sécurité) « brouiller leur légitimité » et donner « l’impression d’une collusion ».

Le projet du PNUD « Études des perceptions des facteurs d’insécurité et d’extrémisme violent dans les régions transfrontalières du Sahel » est un projet exemplaire de coopération internationale qui a permis de produire une Somme socio-anthropologique sur les études des perceptions au sujet de la radicalisation, de la violence et de l’insécurité. Les observations et les résultats empiriques, les analyses produites sont une première de ce genre, permettant une importante percée analytique sur la dimension humaine et sociologique du radicalisme d’expression religieuse. Notre choix d’avoir travaillé avec des chercheurs universitaires et des enquêteurs nationaux plutôt qu’avec des consultants a été un choix risqué mais stratégiquement payant. Il s’agissait du profil le plus adapté pour établir une méthodologie d’enquête adaptée aux réalités locales, pour identifier les itinéraires d’enquête pertinents, pour sélectionner les bons enquêteurs et, enfin, pour mener une analyse perspicace des résultats d’enquête. La méthodologie commune a émané des interactions engagées avec les huit équipes nationales et résulte ainsi d’un travail collectif. La qualité des analyses et des données issues de ce que disent 800 Sahéliens ouvre un faisceau de possibilités pour diminuer la vulnérabilité et accroître la résilience des populations concernées. Nous avons sciemment ignoré l’habituelle taxinomie des groupes armés et la lecture politiste du facteur religieux pour nous concentrer sur une conceptualisation qui colle au plus près des perceptions des habitants des régions transfrontalières.

Parmi les observations, les résultats, les pistes de réflexion, il y a des faits qui pourraient, en première lecture, apparaître peut-être embarrassantes à entendre, car clairement les perceptions des personnes interviewées font ressortir des éclats de vérité dont il faut pourtant prendre connaissance. Mais il y a aussi dans leurs propos et leur vision une demande d’État, un souci de normalité et de sécurité indissociables d’une citoyenneté en devenir. Les propos – parfois tragiques – des enquêté(e)s ont le mérite de ne pas laisser entrevoir l’avenir de manière foncièrement apocalyptique. Nous avons évité de poursuivre l’heuristique de la peur même si, au bout de cette enquête, il est désormais acquis que la radicalisation est un phénomène amené à durer et avec lequel il va falloir composer. A l’heure où la Communauté internationale se trouve engagée dans une seconde « guerre contre le terrorisme » au Moyen-Orient, les questions traitées ici ne sont pas seulement de dimension locale, ce que disent 800 Sahéliens et le travail d’explication, d’interprétation et de contextualisation que nous avons apporté devraient permettre une compréhension renouvelée des logiques sociales de la radicalisation et du jihadisme.

L’analyse du recueil inédit de la parole des populations locales les plus vulnérables et concernées par l’enjeu sécuritaire dans les zones frontalières du Sahel se structure autour de quatre considérations exemplaires de la complexité du sujet d’étude. En effet, le présent rapport permet d’abord de situer les perceptions à travers des éléments de contextualité – État et citoyenneté, religion et identité (I) –, avant de relever les perceptions des relations intercommunautaires et de la transfrontaliarité (II). Ces deux premières étapes facilitent la compréhension des indices et processus de radicalisation (III), avant de mettre en perspective les rôles des femmes et des jeunes (IV). Le rapport conclut sur des pistes de réflexion. Si le présent rapport se base sur les résultats et observations rapportés dans les huit rapports nationaux de l’enquête internationale, il ne saurait être considéré comme un substitut à ceux-ci.

Notes:
1 Principalement : hassanya-arabe, peul-pulaar-fulfudé-fulani, wolof, soninké, tamasheq, sonraï, haoussa, kanouri, mandara, matakam, awoussa, toubou, , djerma, anglais, français.

2 Si nous n’avons pas eu à déplorer un problème sécuritaire lors de la phase d’enquête, nous avons eu par contre deux chercheurs dans deux pays différents qui ont été appréhendés par les forces de sécurité et retenus plusieurs jours pour interrogatoire au sujet de leurs activités de recherche dans le cadre du projet PNUD-HD et en dehors de celui-ci. Pour un des deux chercheurs, l’affaire a été rendue publique ; ainsi notre responsable opérationnel camerounais, Claude Linjuom Mbowou, chercheur de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a été retenu par la sécurité militaire du 6 au 14 septembre 2015, des articles de presse sont parus et une mobilisation internationale s’est rapidement constituée. Ces détentions, qui n’ont constaté aucune infraction de la part de nos deux collègues, ont passablement perturbé notre travail et un retard notable s’est fait ressentir au niveau de la préparation de deux rapports nationaux.

 

[ haut de page ]