Radicalisation et citoyenneté en Mauritanie

Radicalisation et citoyenneté. Rapport National Mauritanie
[ English version ]


Responsables de la recherche
Rapport national
Mariem BABA AHMED, anthropologie, Centre d’Etudes et de recherches sur l’ouest saharien (CEROS)

Enquête terrain
Mamadou LAM, sociolinguiste, Groupe de recherche en Linguistique et Didactique (GLIDA), Université de Nouakchott


RÉSUMÉ

Les zones d’enquête
La Mauritanie, c’est une terre pétrie de paradoxes, avec une cohabitation de pratiques sédentaires et nomades, de populations à références arabo-berbère et négro-africaine, aux destins étroitement mêlés dans une succession entrelacée d’antagonismes et de conflits, d’intérêts communs, d’alliances et de complémentarités intergroupes. Les zones frontalières concernées par notre étude sont les wilayas1 du Hodh El Gharbi, du Hodh Ech Chargui (extrême sud-est), de l’Assaba (est), toutes les trois limitrophes du Mali, ainsi que la wilaya du Brakna (centre-sud) qui borde une partie du fleuve Sénégal. Des raisons historiques et sécuritaires ont aussi guidé le choix des zones d’enquête en plus du profil des activités qui organisent ces espaces. Les populations des trois premières wilayas sont essentiellement hassanophones, de souche arabo-berbère. On y rencontre les grandes confédérations tribales du pays en termes de nombre, mais aussi quelques localités où sont établis depuis des siècles des groupements minoritaires Soninké, Peul, Halpoular, et Bambara. Il en est différemment de certains terroirs du Brakna visités (Bagne, Niabina) dans lesquels les communautés halpulaar représentent le gros de la population. Et la ville d’Aleg et ses environs sont traditionnellement des lieux de cohabitation entre tribus maures et peules Halaiba. Nouakchott est comme tous les centres urbains un espace de mélange, quoique conservant un découpage communautaire assez marqué.

État et citoyenneté, religion et identité
La religion, l’islam, est une identité de base. Il existe en Mauritanie une proximité avec la norme juridico-théologique qui produit une érudition vulgarisée. Celle-ci est récupérée de plusieurs façons par les formations islamistes politiques ou extrémistes violentes. La citoyenneté n’est pas encore endossée car entravée par des structures sociales pyramidales vivantes (tribus, fractions) et plus efficientes. L’État est objet d’une confiance en dents de scie. Sur le plan historique, il existe un rapport à la violence latent,  » géré « , mais qui n’est pas perçu comme tel par la masse qui s’auto- présente comme ensemble pacifiste et conciliant.

Relations intercommunautaires et transfrontaliarité
La langue arabe est le lieu de cristallisation d’une conflictualité interethnique tantôt larvée, tantôt effective. Si l’islam joue un rôle d’unificateur intercommunautaire, la pratique de la religion dans sa ritualité est quant à elle un lieu de démarcation identitaire. La montée des revendications des descendants d’esclave s’affirme alors qu’une grande majorité d’anciens esclaves vit une situation de post-servilité marquée par la précarité. La frontière est ressentie à la fois comme un lieu de rupture et de prolongement en matières sécuritaires et commerciales. Si en zones  » péri-frontalières  » (Kiffa, Barkéol, Kankossa, etc.) les habitants ont le sentiment de ne vivre que les avantages d’un double positionnement géographique, ceux vivant plus proches des frontières (Bassiknou, Adel bagrou, Bousteyla) font davantage état des inconvénients. La crise au Mali est notamment venue fragiliser le mode d’occupation de l’espace frontalier déjà bouleversée peu avant l’indépendance. Et pour les enquêtés de Bassiknou et du Hodh oriental, les  » déviations terroristes  » des références religieuses trouvent leur origine au Mali.

Radicalisation : indices et processus
En Mauritanie, toute la palette de formulations politiques ou violentes des discours et actions à soubassement religieux est représentée. Selon notre enquête, trois organisations jouissent d’une visibilité plus marquée : les Frères musulmans, les Salafistes ainsi que Jema’at Dawa et Tabligh (Association pour la prédication). Le processus de radicalisation dans ce pays n’est pas linéaire, il est
fait de va-et-vient incessants entre un durcissement et un fléchissement du rapport à la religiosité  » organisée « . On entre et on sort du cercle de la radicalisation, avec une souplesse qui rend floue la réelle emprise du phénomène et ses déviations vers la violence proprement dite. La maîtrise des textes religieux, érigée en culture et/ou identité dans ce pays, a un effet à double sens : elle fait œuvre de protection contre les dérives dans certains cas (individus trop imbibés de savoir dogmatique pour être appâtés par les discours extrémistes) mais, dans d’autres cas, elle fait office de faire-valoir pour les détenteurs de ce savoir. Ils seront propulsés dans les sphères de décision et de conception des extrémistes violents.

Rôle des femmes
En Mauritanie, le statut des femmes présente de grandes variations selon qu’il s’agisse du milieu maure ou du milieu noir mauritanien. Si la minoration de l’élément féminin se rencontre dans toutes les communautés, le résidu de matriarcat au sein de la communauté maure confère à la gent féminine une plus grande visibilité et une participation active dans la prise de décision. Les femmes sont considérées en milieu maure comme garantes des valeurs de la société toute entière. En milieu traditionnel, c’est à elles qu’étaient confiée la prime instruction coranique allant jusqu’à l’enseignement des bases de la Sunna et du Hadith. Les femmes sont très présentes et remplissent un rôle valorisé dans la néo-religiosité sociale. Elles font office de transmetteur dans l’entourage, mais aussi de réacteur au sein de la société civile et enfin de force de revendication ou de protestation dans les actions de mobilisation (meeting pour demander la libération des détenus salafistes, porte-à-porte pour sensibiliser les populations).

Thèmes de réflexion
Deux axes stratégiques de réflexion et d’actions institutionnelles préalables sont identifiés :

  • anticiper le potentiel de dérive vers la violence ;
  • construire un espace observatoire et de débat au sujet des changements du champ religieux.

Sur la base des perceptions recueillies auprès des enquêtés et des observations réalisées sur le terrain, étayées d’analyses et de discussions avec différents acteurs pertinents, cinq thèmes de réflexion pratiques se dégagent :

  • Mettre l’École au centre du dispositif de la citoyenneté responsable
  • Prévoir et ancrer une action d’accompagnement au sein des mahadras
  • Recréer, restaurer une confiance en l’État
  • Repenser une décentralisation administrative, économique et culturelle efficiente
  • Investir dans la communication

TABLE DES MATIERES
RÉSUMÉ
INTRODUCTION

ÉTAT ET CITOYENNETÉ, RELIGION ET IDENTITÉ
1. La société mauritanienne et l’identité gigogne
Horizontalité et hiérarchie
Modernité et reconfigurations
2. La Mauritanie… un État islamique
3. Religiosité modulable

RELATIONS INTERCOMMUNAUTAIRES ET TRANSFRONTALIARITÉ
1. Clivages ethniques et religiosité
2. Frontières : changement sociaux, trafic et insécurité

RADICALISATION : INDICES ET PROCESSUS
1. Radicalisation et violence: les mots en action et l’action des mots
2. La radicalisation : sources et ressources
3. Le savoir religieux traditionnel : facteur de facilitation ou rempart de protection?

RÔLE DES FEMMES
1. Quelques repères sur le genre en Mauritanie
2. Genre et radicalisation
Femmes, frontières et insécurité
Femmes et religiosité en zone urbaine

QUE FAIRE ?



 

[ haut de page ]