Instrumentalisation religieuse et économie de l’insécurité au Niger

Instrumentalisation religieuse et économie de l’insécurité. Rapport National Niger
[ English version ]


Responsables de la recherche
Rapport national
Dr. Amadou OUMAROU, socio-anthropologue, enseignant-chercheur à l’Université Abdou Moumouni de Niamey et chercheur au LASDEL

Enquête terrain
Dr. Kadidia ALI GAZIBO, politologue, enseignant-chercheur à l’Université de Tahoua


RÉSUMÉ
Zones d’enquête
La perception de l’insécurité a été abordée sur deux sites majeurs (Tchintabarden et Zinder) avec un regard éclairé sur un site témoin (zone nord Tillabéry). C’est à Tchintabaraden, chef-lieu de département et de commune urbaine du même nom, que la première rébellion touarègue s’est déclenchée en 1990. Les principales communautés présentes sont Touarègue, Arabe, Peuhl et Haoussa. C’est également à Tchintabaraden que sera organisée, quinze ans plus tard,  » la flamme de la paix 1″ symbolisant la réconciliation nationale. Aujourd’hui, si l’activité principale reste l’élevage, la zone demeure également un espace de forte présence de divers trafics (armes, drogue, cigarettes, etc.). Enfin, en plus d’être espace de transit pour la migration vers le Nord, Tchintabaraden a constitué l’espace d’accueil des retournés et des refoulés de la Libye suite aux événements survenus avec la chute de Kadhafi en 2011. Tout d’abord retenue pour sa proximité avec le Nigéria, pays de production et de diffusion de différentes sectes religieuses, Zinder est pour sa part une ville de forte expression de courants religieux avec des oulémas de renom au niveau sous-régional. Les principales communautés de la zone d’enquête sont Haoussa, Kanouri, Peuhl, Toubou, Arabe ou Djerma et l’activité principale est l’agriculture. Un autre aspect non moins important relevé à Zinder, est la présence d’organisations de jeunes appelés  » palais  » qui créent un risque d’insécurité dans la ville et dans la zone en général. Les palais, loin d’être de simples regroupements de jeunes à l’image des  » Fadas2 « , constituent des espaces de recrutement de jeunes ayant une stratégie revendicative violente aussi bien vis-à-vis de l’État et du pouvoir coutumier que des parents. L’analyse de la question de l’insécurité au Niger ne saurait être complète si on laissait de côté la question épineuse de la situation du nord Tillabéry. En effet, dans cette zone, une milice peuhle est en passe de devenir une force violente connectée aux mouvements jihadistes maliens. Une reconstitution de l’évolution de l’insécurité dans la zone a été faite à partir des données documentaires et empiriques (cf. annexe IV) en vue de mieux contextualiser cette question d’insécurité à l’échelle nationale.


État et citoyenneté, religion et identité
Les comportements des hommes d’État au quotidien mettent à mal la non-confessionnalité de l’État supposée instaurer une séparation stricte entre politique et religion. La multiplicité des associations islamiques dans l’espace nigérien a eu pour conséquence immédiate l’émergence de nouveaux acteurs de production du savoir islamique, la déconcentration de sa diffusion et le développement de nouveaux réseaux de circulation du discours religieux. Les revendications à caractère religieux, lorsqu’elles se multiplient et se régularisent, deviennent des prémisses d’une radicalisation qui participent à dépouiller les citoyens de leur sens du nationalisme. La rupture des repères et l’incapacité de réaliser le rêve minimal des jeunes acteurs est source de révolte et de violence. La démission de l’État dans ses rôles régaliens de protection de la population crée un sentiment d’abandon et de frustration chez les individus et les pousse à trouver un refuge dans les registres communautaristes ou régionalistes.

Relations intercommunautaires et transfrontaliarité
Les diverses formes de sociabilité (échanges intercommunautaires) réduisent la frontière en tant que norme officielle et facilitent la mobilité des personnes et des biens. Pour de nombreux habitants frontaliers, l’identité communautaire ou religieuse qu’ils partagent avec leurs voisins de l’autre côté de la frontière prime sur leur identité nationale. La frontière constitue d’autre part un espace d’opportunités de travail pour toutes les couches sociales, un lieu de disponibilité et d’accessibilité des produits de premières nécessités, donc un espace qui participe à la réduction des inégalités sociales. Cette opportunité peut aussi se transformer en une certaine dépendance, notamment d’un point de vue économique. Cette fluidité de la mobilité rend difficile le contrôle de la frontière par les forces de défense et de sécurité et favorise la circulation des armes, des drogues, des maladies, etc., sources d’insécurité. La situation de brassage transfrontalier sur les sites favorise le risque d’attentats, de fraude et de trafic illicite.

Radicalisation : indices et processus
L’absence de justice, ou plutôt le ressenti d’absence d’une justice équitable, crée des frustrations qui conduisent à une prise en charge individuelle ( » banditisme armé « ) ou collective des problèmes (rébellion pour revendiquer, milice pour se protéger). La précarité économique et sociale prédispose les personnes vivant à la frontière à des comportements radicaux et violents. Le manque de régulation de l’expression religieuse, notamment dans les médias, et l’utilisation de la religion à des fins économiques et politiques favorisent également le développement de comportements radicaux.
Il convient de souligner que si les populations ressentent une augmentation de l’insécurité et de la violence aux frontières, ils ne l’associent quasiment jamais à la présence de discours/pratiques/groupes religieux radicaux. D’autre part, les perceptions recueillies soulignent que l’insécurité en tant que phénomène transfrontalier est une industrie qui profite à une chaine d’acteurs à la fois locaux, nationaux et internationaux.

Rôle des femmes et des jeunes
Les enquêtés ont souligné la fragilité (physique et morale) des femmes et des enfants qui les rend vulnérables face aux diverses formes d’insécurité à la frontière. Cette vulnérabilité est au fondement d’une manipulation à la fois politique (électorat) et idéologique (religieuse, communautaire et économique). Toutefois, il est admis que les femmes et les jeunes sont des vecteurs de paix durable lorsqu’ils sont impliqués dans la prise de décision et dans l’application des actions prévues contre l’insécurité.

Thèmes de réflexion
Sur la base des perceptions recueillies auprès des enquêté(e)s et des observations réalisées sur le terrain, étayées par des analyses et des discussions avec différents acteurs pertinents, les pistes de réflexion suivantes se dégagent :
Pour l’État :

  • renforcer l’appartenance à la nation via des investissements sociaux ;
  • renforcer la crédibilité des débats portés sur la place publique.

Pour les chefs religieux et coutumiers :

  • participer de manière systématique et concertée au renforcement de la cohésion sociale ; o renforcer les mécanismes traditionnels de résolution des conflits.

TABLE DES MATIÈRES
RÉSUMÉ
INTRODUCTION

ÉTAT ET CITOYENNETÉ, RELIGION ET IDENTITÉ
1. L’État nigérien, entre normes et pratiques de sa non-confessionnalité
La multiplication des associations islamiques
Les rapports au religieux des hommes d’État
Une récurrence des revendications à caractère religieux
2. La relation État-citoyen à travers l’enjeu sécuritaire
De l’affaiblissement de l’État…
…à la construction d’un nouveau type de citoyen

RELATIONS INTERCOMMUNAUTAIRES ET TRANSFRONTALIARITÉ
1. La frontière comme opportunité
Des transits des produits de consommations et d’équipement forts profitables
Des espaces attract ifs pour lamigration des jeunes
Un brassage social et culturel qui amenuise les frontières
2. La frontière comme menace
Un sentiment d’insécurité partagé
Un contrôle des personnes plus difficiles pour les forces de sécurité
Une économie plus vulnérable à l’insécurité

RADICALISATION: INDICES ET PROCESSUS
1. Le sens émique des concepts clés de l’étude
2. Les facteurs de prédisposition
L’absence quasi-permanente de l’État
Les conditions socio-économiques
Les effets de la migration des jeunes
3. Les facteurs de radicalisation
L’instrumentalisation de la religion
L’économie de l’insécurité
L’absence de régulation des médias

RÔLE DES FEMMES ET DES JEUNES
1. Les femmes, un potentiel mobilisable au-delà de la vulnérabilité
2. De la manipulation à la récupération de la jeunesse

QUE FAIRE?

BIBLIOGRAPHIE



 

[ haut de page ]