Économie politique de la violence dans l’Extrême-Nord du Cameroun

Économie politique de la violence dans l’Extrême-Nord. Rapport National Cameroun
[ English version ]


Responsables de la recherche
Rapport national
Pr Nadine MACHIKOU, Politiste, Université de Yaoundé II, Institut supérieur de management public

Enquête terrain
Claude LINJUOM MBOWOU, Politiste, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne


RÉSUMÉ

En prenant appui sur la région la plus exposée à l’insécurité et à l’extrémisme violent, l’Extrême-nord du Cameroun, l’étude se propose de mettre en relief la parole de communautés vivant dans trois départements proches du lac Tchad, le Mayo Sava, le Mayo Tsanaga et le Logone et Chari. Ils sont des traceurs de tensions intercommunautaires et interconfessionnelles, de fragilité sécuritaire et d’une dynamique sociologique et économique transfrontalière. Rendre compte des perceptions au Cameroun présente le défi d’articuler tendances historiques et variables contemporaines dans la compréhension des mécanismes de la radicalisation.

État et citoyenneté, religion et identité
La diversité ethnique dans le septentrion camerounais a la spécificité d’avoir été polarisée autour de deux catégories (Peuls et Kirdi) et d’être marquée par le poids du religieux suite à la seconde vague d’islamisation au XIXe siècle et à la colonisation. En ce qui concerne « sa dimension identitaire, la religion reste au Cameroun une affaire d’appartenance ethnique ». Le projet national fait face à une crise structurelle. L’ordre post colonial a structuré une fragmentation territoriale, notamment entre le Nord et le Sud, ainsi que des mécanismes de solidarité qui sont le socle d’un clientélisme géré par les élites. Positionnement des élites, compétition partisane, enjeux électoraux et accès au capital étatique fragilisent la cohésion communautaire marquée par une hégémonie ethnique cyclique. Depuis deux siècles, les instruments d’exercice du pouvoir politique passent de mains en mains, « se baladent d’un groupe ethnique à un autre au gré des influences de l’islam et de l’État ».

Relations intercommunautaires et transfrontaliarité
Un enchevêtrement d’ethnicités et de nationalités transfrontalières caractérise la région et relativise la signification de la frontière. La stigmatisation de la communauté kanuri, suspectée de complicité avec Boko Haram, est révélatrice du climat de tensions intercommunautaires qui prévaut dans la zone. La région de l’Extrême-Nord, la plus exposée à la violence, est largement déclassée au regard des politiques publiques. Déjà affaiblies par la mal-gouvernance, la présence de Boko Haram a accentué la précarité des populations, le niveau de violence faisant exploser les prix des produits de base. La dimension économique et rentière de la frontière prend tout son sens autour du lac Tchad. Le besoin d’un certain seuil d’ingouvernabilité sur fond d’insécurité généralisée (criminalité et trafics) n’est pas étranger au souci de certains acteurs locaux de conserver les bénéfices tirés des diverses transactions.

Radicalisation : indices et processus
Bien que perçue comme étant principalement guidée par les intérêts économiques, la radicalisation s’inscrit dans une crise de la socialisation religieuse. Est particulièrement pointée du doigt la formation religieuse itinérante (sous les traits des  » Mahajirs « ). Mal contrôlé, le lieu de transmission des savoirs religieux devient le cadre disciplinaire de l’humiliation et de l’apprentissage de la violence susceptible d’alimenter Boko Haram. Au-delà, c’est la crise de reproduction sociale, du fait de la désagrégation des cadres intégrateurs, qui facilite le développement de la radicalisation. La contrainte sociale organisée par le genre et les générations devient insupportable dans un contexte de clientélisme. Enfin, les communautés sont prises en tenaille entre deux mécaniques de violence qui alimentent la radicalisation : la terreur de Boko Haram et la violence de la réponse étatique dans un climat d’exception. Toutes deux font ressortir les tensions interreligieuses dont l’intensification est périlleuse.

Rôle des femmes et des jeunes
Les jeunes et les femmes constituent des cadets sociaux par excellence. Beaucoup de jeunes, en situation de détresse sociale et d’humiliation, se sont laissé enrôler et la communauté ne laisse pas entrevoir de porte de sortie pour eux. Les femmes quant à elles sont à la fois objets de rétribution de l’engagement extrémiste, victimes et productrices de violence.

Thèmes de réflexion
Prendre en charge le défi de la contre-radicalisation requiert de construire une réponse globale. L’étude suggère qu’elle s’articule autour de trois pistes :

  • conférer de la valeur aux zones exposées : la nécessaire institutionnalisation de la région- frontière autour du lac Tchad.;
  • l’élaboration d’une stratégie nationale de contre-radicalisation reposant sur une approche globale (sécurité, gouvernance et développement).
  • la construction d’un argumentaire désidéologisé et desethnicisé contre le discours radical

TABLE DES MATIÈRES
RÉSUMÉ
INTRODUCTION

ÉTAT ET CITOYENNETÉ, RELIGION ET IDENTITÉ
1. État, hétérogénéité fondationnelle et crise du projet national
2. Fragmentation identitaire entre religion et ethnie : fluidité et contingence

RELATIONS INTERCOMMUNAUTAIRES ET TRANSFRONTALIARITÉ
1. Enchevêtrement ethnique et de nationalités transfrontalières
Espace transfrontalier: fluidité et inconsistance des frontières
Méfiance et stigmatisation communautaires
2. Extrême-Nord, triste lisière
Un déclassement structurel au regard des politiques publiques
Enjeux économiques et sécuritaires de la frontière

RADICALISATION : INDICES ET PROCESSUS
1. Une socialisation religieuse en crise : les marabouts itinérants et l’école coranique
2. La crise de reproduction de la société
3. La violence subie : entre force de la réponse d’État et terreur des insurgés
La terreur des insurgés
Réponse étatique, climat d’exception

RÔLES DES FEMMES ET DES JEUNES
1. Mobilisation des jeunes ou la revanche des humiliés
2. Femme et insécurité : le paradoxe de la présence-absence

QUE FAIRE ?



 

[ haut de page ]